Nutrition et santé

ParFlorent Blois

Nutrition et santé

La Santé passe par l’assiette et l’activité physique

diététicien Montluçon

Bien manger est une des clés essentielles pour préserver son corps en bonne santé et éviter de nombreuses pathologies. Adapter ses repas à son mode de vie permet d’améliorer son alimentation de manière simple et pratique. Une activité physique peut être associée à un rééquilibrage alimentaire dans l’objectif d’une perte de poids et d’une meilleure condition physique.

On le sait depuis l’antiquité, ce que l’on mange est directement lé à notre santé. Aujourd’hui de nombreuses études ont confirmé les vertus d’une alimentation variée et équilibrée. Il est essentiel de bien manger non seulement pour garder la forme, mais aussi pour préserver son corps sur le long terme.

Bien manger, tout un programme

 Le plan national nutrition santé

Initié en 2001 et prolongé en 2006, le Programme national nutrition santé (PNNS) avait pour objectif général d’améliorer l’état de santé de l’ensemble de la population, en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs, la nutrition.
Il a fourni un cadre de référence et produit de nombreux outils. Il a permis la mobilisation de nombreux acteurs (ministères, élus locaux, professionnels des domaines de la santé, de l’activité physique, de l’éducation ou du domaine social, acteurs économiques et bénévoles). Plusieurs objectifs initialement fixés ont été partiellement ou totalement atteints, comme la réduction de la prévalence du surpoids et de l’obésité chez l’enfant, la réduction de la consommation de sel ou de sucre, l’augmentation de la consommation de fruits chez les adultes. Pour les enfants, ces améliorations n’ont pas concerné de façon homogène toute la population et la lutte contre les inégalités sociales de santé est un objectif prioritaire du Plan National Nutrition Santé 2011-2015.

Fixés par le Haut conseil de la santé publique, les objectifs nutritionnels de la santé publique structurent les orientations stratégiques du Programme national nutrition santé (PNNS) et du Plan obésité (PO).
Dans le domaine de la nutrition, ces objectifs quantifiés, ont été regroupés selon quatre axes :

  1. Réduire l’obésité et le surpoids dans la population
  2. Augmenter l’activité physique et diminuer la sédentarité à tous les âges
  3. Améliorer les pratiques alimentaires et les apports nutritionnels, notamment chez les populations à risque.
  4. Réduire la prévalence des pathologies nutritionnelles (dénutrition, Troubles du comportement alimentaire.
fruits diététique

Les recommandation clés sont les suivantes

  • Les fruits et légumes : au moins 5 portions par jour. Une portion équivaut par exemple à une tomate de taille moyenne, une poignée de haricots verts, un bol de soupe, une pomme, deux abricots, quatre ou cinq fraises… Crus, cuits, natures, préparés, frais, surgelés ou en conserve, peu importe. L’idéal est d’alterner entre fruits et légumes, d’en diversifier les variétés.
  • Les produits laitiers : 3 par jour (3 ou 4 pour les enfants ou les adolescents). Attention aux faux amis : même si la crème fraîche et le beurre sont fabriqués à partir du lait, ils ne sont pas considérés comme des produits laitiers mais comme des matières grasses. Quant aux desserts lactés (crèmes desserts, flans…), ils contiennent souvent trop peu de lait pour appartenir à la catégorie des produits laitiers.
  • Les féculents : à chaque repas et selon l’appétit. Entre dans ce groupe d’aliments : le pain, les céréales (riz, blé, orge, avoine, seigle…) et les légumineuses (lentilles, fèves, pois chiche, haricots sec…). Les céréales compètes et les produits qui en contiennent sont particulièrement intéressants pour la santé.
  • Viande, poisson, œuf : 1 à 2 fois par jour. Il est recommandé de consommer du poisson ou d’autres produits de la pêche au moins deux fois par semaine. Attention, les enfants n’ont pas les même besoins qu’un adulte : la portion conseillée de viande, poisson ou œuf d’un enfant de 3 ans est d’environ 50 g (soit un demi-steak haché, par exemple).
  • Matières grasses : à limiter. Il convient en particulier de limiter la consommation d’aliments qui contiennent des graisses saturées (viennoiseries, pâtisseries, charcuteries, chips, beurre, sauces…).
  • Produits sucrés : à limiter. Si la confiture sur les tartines du petit-déjeuner et quelques biscuits pour un goûter, en quantité raisonnable, sont compatibles avec un bon était nutritionnel, il faut limiter la consommation de sodas, de pâtisseries, de confiseries…
  • Sel : à limiter. Attention au sel “caché” dans les plats préparés, les charcuteries, les biscuits apéritifs… Concernant le sel “ajouté”, mieux vaut privilégier le sel iodé.
  • Eau : à volonté pendant et entre les repas. La consommation de boissons alcoolisées ne doit pas dépasser deux verres de vin et 10cl par jour pour les femmes et 3 pour les hommes.
  • Activité physique : au moins l’équivalent de 30 minutes de marche rapide par jour pour les adultes (au moins 1 heure pour les enfants et les adolescents). Il faut éviter toute forme de sédentarisation au domicile par exemple celles induites la télévision ou les jeux vidéo.

À propos de l’auteur

Florent Blois administrator